Société

Commémoration du 1er mai au Mali : Les travailleurs ont répondu massivement au défilé

L’Union Nationale des Travailleurs du Mali (l’UNTM), comme à l’accoutumée, a organisé un défilé dans le cadre de la commémoration de la fête du travail. Le mardi 1er mai 2018, les travailleurs affiliés à cette centrale syndicale, ont été nombreux à défiler sur le boulevard de l’indépendance pour commémorer leur journée. C’était en présence de Diarra Raky Talla, ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Relations avec les Institutions, de Maouloud Ben Kattra, ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et le Secrétaire Général de l’UNTM, Yacouba Katilé.

La célébration de la journée du travail est une occasion pour les travailleuses et travailleurs de l’UNTM de rendre hommage aux hommes et aux femmes du Mali, toutes catégories confondues, qui se sont battus pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs. Malgré la satisfaction de plusieurs doléances par le gouvernement, les travailleurs restent sur leurs fins du fait de la cherté de la vie. C’est pourquoi ils ne cesseront de revendiquer pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

« L’UNTM, consciente de l’élargissement du fossé séparant les travailleurs maliens de ceux de la sous-région, déposera le 2 mai un nouveau cahier de doléances qui ne rejette pas de négociation sur la table du gouvernement.», a indiqué Yacouba Katilé, secrétaire Général de l’UNTM.

« Cette fête est devenue une fête de cohésion et d’entente entre les travailleurs, les employeurs et le gouvernement. Revendiquer, c’est la mission essentielle de l’UNTM car c’est par cette revendication que vous exprimez vos doléances. Alors vous êtes dans votre rôle. Soyez assurés que ce cahier de doléances sera examiné et traité avec la plus grande diligence », a rassuré Diarra Raky Talla, ministre du Travail, de la Fonction Publique de l’Etat et des Relations avec les Institutions.

Quelques impressions de travailleurs en marge de la cérémonie

Soumaila H. Maiga, syndicat du Syndicat national de l’éducation et de la culture (SNEC) et membre du bureau exécutif de l’UNTM :

« Le 1er mai, fête du travail, est une journée commémorative qui permet aux travailleurs d’exprimer leurs préoccupations et de voir ce qu’ils ont obtenu pendant l’année et ce qu’ils projettent dans l’avenir. Je suis satisfait de la prise en charge de certains de nos points de réclamation pendant cette année, mais il reste beaucoup à faire, car on avait 15 points de revendication au niveau du SNEC, 13 points ont été pris en compte dont la majorité n’est pas mis en œuvre. Il reste encore 11 points qui n’ont pas été appliqués. Je lance un appel à tous les travailleurs à se donner la main pour le développement du pays et pour que nos revendications soient satisfaites. »

  1. T., militaire, qui a souhaité s’exprimer dans l’anonymat :

« La journée internationale du travail représente un honneur pour moi et pour tous les corps habillés ainsi que tous les travailleurs du Mali car beaucoup a été fait pour nous les militaires. Notre condition de vie et de travail a été beaucoup améliorée par notre chef suprême des armées, le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta à travers la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire notamment au niveau de la grille salariale qui a augmenté jusqu’à 20%, nous n’avions pas de prime de logement aussi, il nous a accordé cela, idem pour l’allocation familiale, il y a eu de l’augmentation et je suis très heureux ce jour », Oumou Coulibaly, une vendeuse de banane « cette journée est pour nous tous, sans distinction de travail, l’occasion de réclamer nos droits. Je demande aux autorités maliennes de penser à nous les vendeuses ambulantes, à mettre à notre disposition un endroit pour qu’on puisse exercer notre métier. »

Lamine Diarra, chauffeur de SOTRAMA : « Je suis très content. Cette fête est celle de tous les travailleurs. Qu’on soit salariés ou non. Je me réjouis parce que cela nous permet d’exprimer et de montrer à nos autorités qu’on aime notre travail et qu’il faut que notre droit soit respecté ! »

Ami Doumbia, aide-ménagère : « Chaque année, je fête le 1er mai, j’assiste au défilé. Cette journée n’est pas seulement pour les travailleurs bureaucrates, les aide-ménagères aussi en font partie car nous avons un rôle important à jouer pour le bien-être de la famille. Nous prenons soin des enfants, nous exécutons toutes les tâches ménagères. Nous contribuons à l’équilibre du foyer. »

Réalisé par Fatoumata Bintou Tounkara

Related Posts

%d blogueurs aiment cette page :