Économie

COOPÉRATION SOUS-RÉGIONALE: le Mali, le Burkina-Faso et la Côte d’Ivoire créent une Zone Économique Spéciale (ZES) à Sikasso

Le lundi 14 mai 2018, à Sikasso, les Premiers ministres burkinabé, ivoirien et malien ont procédé, au lancement officiel de la Zone économique spéciale(ZES). La création de cette zone est une initiative du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga dont l’idée a été émise lors de sa tournée qu’il a effectuée, en début d’avril dernier, au Burkina et en Côte d’Ivoire.

Le Premier Ministre Malien Soumeylou Boubeye Maiga et les membres du gouvernement ont accueilli le lundi dernier à Sikasso les délégations de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso conduites par leur chef de gouvernement respectif Monsieur Amadou Gon Coulibaly et Monsieur Paul Kaba Thieba.

Ainsi, les trois premiers ministres ainsi que le Président de commission de l’UEMO,ont procédé au lancement de la zone économique Spéciale Burkina Faso- Cote d’Ivoire – Mali , afin de donner un souffle nouveau à la coopération économique entre les trois pays membres de l’Uemoa. « L’ambition de la Zone Economique Spéciale est de mettre en synergie toutes les opportunités de développement entre les trois (03) pays de manière à rendre leurs économies plus complémentaires, en particulier dans la zone transfrontalière », avait confié à la veille Dr. Boubou Cissé ministre l’Economie et des Finances.

Cette zone transfrontalière, comprise dans un triangle communément appelée “triangle du Balafon”, est un espace socio-économique et culturel constitué par les localités de Sikasso au Mali, Bobo Dioulasso au Burkina Faso et Korhogo en Côte d’Ivoire.

Pour Soumeylou Boubèye Maîga , l’objectif visé par le projet de la ZES est de créer des opportunités d’investissements et un environnement juridique et commercial favorable notamment dans les domaines de l’agro-business, des technologies de l’information et de la communication, de la culture, du tourisme, des services médicaux, des industries manufacturières et des services financiers. « Telle que projetée, la ZES offrira des avantages économiques et sociaux indéniables, d’importantes opportunités de création de richesses et d’emplois et un environnement propice pour réaliser l’intégration économique des trois pays », a-t-il précisé

De son côté, Paul Kaba Thieba, chef du gouvernement Burkinabé a indiqué que l’enjeu pour eux était de construire, sur la base de cet environnement géographique partagé et de cette homogénéité culturelle, un espace de croissance partagée, de développement inclusif et d’une résilience plus grande face aux vulnérabilités de l’environnement régional. «Il s’agit notamment des changements climatiques et de l’insécurité qui n’épargnent pas cette région. Cette vulnérabilité impose une exigence naturelle d’aménagement du territoire régional», a-t-il fait remarquer, tout en insistant sur la nécessité de transformer ces espaces frontaliers et en faire des moteurs du développement régional.

Quant à Amadou Gon Coulibaly, premier ministre de la Côte d’Ivoire, il a mis l’accent sur la mise en place d’un plan de développement économique commun pour la zone. Selon lui, une étude doit être préalablement faite pour identifier les potentialités de chaque région pour permettre la réalisation des infrastructures de développement.

B. SIDIBE

Follow Me:

Related Posts

%d blogueurs aiment cette page :