Société

ÉBULLITION DU FRONT SOCIAL : l’UNTM veut remettre ça le mercredi

Le gouvernement SBM a du pain sur la planche. Du moins si l’on croit les responsables de l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm) qui annoncent un nouveau cahier de doléances pour le mercredi prochain. Ils l’ont affirmé lors d’un point de presse tenu le 26 avril.

Le front social va-t-il se réchauffer après le grand débrayage des travailleurs, il y a une année ? Rien n’est moins sûr si l’on croit les responsables de la centrale, l’Untm. Selon eux, leurs observations et analyses ont montré que par rapport au coût de la vie, des acquis demeurent insuffisants pour réduire la précarité des travailleurs et des populations.

C’est pourquoi un nouveau cahier de doléances sera déposé le 2 mai 2018, supposé prendre en compte certaines disparités de la Fonction publique et surtout au regard de la situation sécuritaire du pays, des dispositions urgentes doivent être prises pour les travailleurs sur l’ensemble du territoire, surtout dans la zones de conflit.

Ce cahier, disent-ils, comportera des nouveaux points qui retiennent l’attention de tous les Maliens et surtout des points relatifs à la révision de la grille indiciaire des fonctionnaires avec transposition de la valeur dans le privé. Et l’extinction totale des points du cahier de doléances de 2014.

Les conférenciers affirment qu’il sera surtout question des disparités émaillant la Fonction publique d’Etat, où à diplôme égal, il y a non seulement des grilles de salaires différentes avantageant certaines catégories sur d’autres, et aussi des âges de retraite différents.

Les responsables de l’Untm mettent dans la balance leur rôle et leur poids dans l’avènement de la démocratie au Mali. A ce titre, ils estiment que le bien-être des travailleuses et travailleurs passent aussi par une bonne gouvernance, une bonne politique de sécurité appliquée avec efficacité.

Annonçant les couleurs de la fête du travail célébrée le 1er mai de chaque année, les syndicalistes soutiennent que c’est l’occasion de marquer un arrêt pour évaluer les acquis et envisager les perspectives.

Ainsi, ils indiquent qu’au cours de ces dernières années, l’Untm était sur un chantier. Celui de l’exécution du Protocole d’accord Untm-Gouvernement-Patronat du 28 octobre 2014. Ce protocole d’accord, disent-ils, renfermait 17 points qui ont connu des fortunes diverses dans leur exécution. Il s’agit de ceux qui, de nos jours, n’ont pas pu être exécutés, et l’impact positif de ceux ayant amélioré les conditions de vie et de travail de tous les travailleurs maliens.

Parmi ces points du protocole d’accord du 28 octobre 2014 en souffrance, ils citent : la situation des travailleurs compressés; le maintien de l’UMPP dans le portefeuille de l’Etat ; la finalisation de l’octroi des 10% aux travailleurs de la SOTELMA ; la délivrance des certificats individuels aux travailleurs et leur représentativité au conseil d’administration ; certaines revendications phares contenues dans ce protocole, ont à ce jour, connu un couronnement heureux, avec une amélioration des conditions de vie et de travail des mandants. Pour ce faire, ils assurent qu’ils ne cesseront de réclamer toujours plus pour les travailleurs, compte tenu du coût de la vie qui ne cesse d’augmenter.

A suivre !

Mariétou DOUCOURE

Related Posts

%d blogueurs aiment cette page :