Gouvernance Politique Société

Nouvel Attelage gouvernemental : 15 entrants, 13 maintenus, 7 permutés…

Longtemps attendu, le nouveau gouvernement est enfin connu.  Contre 32 départements dans l’ancien attelage, le nouveau gouvernement en compte 35,  1 ministère délégué et 2 secrétariats d’Etat.  Dans ce nouvel attelage gouvernemental, on constate 15 entrés, 12 départs, 13 anciens ministres reconduits à leurs départements,  7 permutations caractérisées par des reformations.

Fin de suspens. Trois jours après, la signature de l’accord politique la liste des membres du nouveau  gouvernement est tombée, hier dimanche 5 mai. Il s’agit de 38 ministres contre 32 dans le précédent, soit une augmentation de 6 portefeuilles.

Déjà, les premières impressions des Maliens ne sont pas toutes négatives. Sur les réseaux sociaux ainsi que dans les lieux de causerie au niveau des quartiers, cette équipe de Boubou, semble avoir la caution populaire. Raison ?

Cela, pourrait certainement se justifier par la démarche entreprise par le PM Cissé sous les instructions éclairées  du président de la République,  avant de procéder aux choix des hommes et femmes devant faire partie de son équipe.

Loin d’ ‘’un partage de gâteau’’ comme l’a souligné le PM  dans son intervention à l’occasion de la signature de l’accord politique, ce nouveau gouvernement est caractérisé par une large ouverture (composé de l’opposition, de la majorité, de la société civile…), dispose de deux avantages : l’union nationale et la compétence des hommes et femmes qui le compose.

Une analyse de sa composition, permet de constater  15 entrants, 13 reconduits et  7 permutations. Il convient aussi de souligner que des ministères ont été reformés.

Des nouveaux entrants

Parmi les 15 nouveaux entrants, le ministère de la Santé, a été confié à  Michel Sidibé, spécialiste de Santé mondiale. Il remplace à ce poste, le Pr Samba Ousmane Sow.  Le nouveau ministre de la Santé, est un fervent soldat de lutte contre le Sida. D’ailleurs, il occupait le poste de directeur exécutif de l’ONUSIDA, avant sa nomination.

Contrairement à son prédécesseur (Tienan Coulibaly : Agroéconomiste), Malick Coulibaly, qui revient à la Justice, est un magistrat. Il a été déclaré l’an dernier,  comme le fonctionnaire le plus intègre du Mali  par  ‘’ Intégrity accountably’’.

Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants, est désormais entre les mains du Général de division  Ibrahim Dahirou Dembélé. Il hérite ce département du président de l’Adema, Pr Tiémoko Sangaré (un agronome).

Du côté de l’opposition, il est à constater 4 entrées phares.  Il s’agit d’Oumar Hamadoun Dicko  du FSD, Amadou Thiam d’ADP-Maliba, Housseyni Amion Guindo de la COFOP et Tiébilen Dramé du FSD, nommés respectivement aux ministères, du Dialogue Social, Travail et la Fonction Publique, à la Réforme Institutionnelle des Relations avec la société Civile,  de l’Environnement et des Affaires Etrangères.

Par ailleurs, le département de l’Agriculture a été confié  à  Moulaye Ahmed Boubacar (remplaçant Dr Nango Dembélé). L’ancien ministre de l’Industrie et de la Promotion des Investissements, cheminera de nouveau dans la mission gouvernementale avec  Me Baber Gano, chargé de l’Intégration Africaine.

Enfin, au chapitre des entrées,  le ministère emblématique de l’Education nationale, sera géré par Tiémoré Toulenta. Avant sa nomination, il était Directeur National de la Pédagogie. Quant à l’Enseignement Supérieur, il échoit à l’ex Directeur général de l’Ipr/Ifra de Katibougou, Pr Mamadou Famanta. Il cohabitera à la cité administrative avec d’autres nouveaux homologues,  Hama Ould Sidi Mohamed Arby, Alioune Badara Berthé, Boubacar Bah et Ibrahim Abdou Ly, respectivement aux départements de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement Social, du Domaine et des Affaires Foncières,  de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ainsi que du Transport et de la Mobilité Urbaine.

Les maintenus

Sans retouche à leurs départements, 13 ministres ont été maintenus. Il s’agit  de Sambou Wagué, à l’Energie et l’Eau, Gal Salif Traoré, à la Sécurité, Traoré Seynabou Diop, aux Infrastructures, N’Diaye Ramatoulaye  Diallo, à la Culture, Nina Wallet Intallou, à l’Artisanat et le Tourisme, Kane Rokia Maguiraga, à l’Elevage et la Pêche, Adama Tiémoko Diarra, à l’Aménagement du Territoire.

De même que les ministres, Lassine Boiré, Hamadoun Konaté, Tierno Diallo, Hawa Lalenta, maintenus respectivement,  à la Cohésion Sociale, à la Solidarité, aux Affaires Religieuses et aux Mines. Comme pour consolider les acquis, Dr Boubou Cissé, non moins Premier ministre, demeure le patron de l’Economie et des Finances.

Des Innovations

Membres de l’ancien gouvernement, 7 ministres ont été permutés. Cela, à la tête des départements reformés.

Ainsi, l’ancien ministre des Maliens de l’Extérieur, Yaya Sangaré, dirigera avec Kamissa Kamara, le ministère de  l’Economie Numérique et de la Communication, disloqué en deux (la Communication et l’Economie Numérique et la Prospective).

Il reviendra à l’ex locataire de ce département, Arouna Modibo Touré de s’occuper des questions liées à la Jeunesse et aux Sports. De même, l’ancien porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, répondra des préoccupations des Maliens de l’Extérieur et son homologue, Mohamed Ag Erlaf, celles des acteurs de l’Industrie et du Commerce.

Pour ce qui concernent les ministres Safia Boly et Me Jean Claude Sidibé, ils dirigeront les ministères de l’Investissement et de l’Emploi.

Tous les ingrédients sont maintenant réunis afin que la mayonnaise puisse prendre.

Par Moïse Keïta

Related Posts

%d blogueurs aiment cette page :